Propulsé par Divertissement

English

La Nuit excentrique

Première montréalaise

La Nuit excentrique La Nuit excentrique La Nuit excentrique La Nuit excentrique La Nuit excentrique La Nuit excentrique

En présence du fondateur de la Nuit excentrique et directeur de la Cinémathèque française Jean-François Rauger

Présenté en collaboration avec la Cinémathèque française

À l'affiche

Équipe de production

Calendar

Description

Amateurs du psychotronique, vous êtes tous convoqués à une soirée de prestige où seuls les élus capables de discerner le meilleur dans le pire seront les bienvenus. Le Festival Fantasia est heureux de s’associer à la Cinémathèque française, non pas pour une rétrospective de Kurosawa, mais pour la toute première édition montréalaise de la Nuit excentrique! En 2005, le directeur de la programmation de la Cinémathèque et pape du bis Jean-François Rauger fait appel au site de référence Nanarland pour organiser une soirée mémorable lors de laquelle Paris devint la proie du pire du cinéma. Ce happening filmique connaît un succès dithyrambique, devenant un rendez-vous annuel, le Noël des nanarophiles! Puisque vous ne faites jamais la fine bouche à Fantasia lorsqu’une délicieuse atrocité est au menu, l’importation de la Nuit excentrique sur nos rives s’imposait.

Notre programme commence en grand avec un classique de la Nuit excentrique : DEVIL STORY de Bernard Launois! Dès les premières minutes, on saisit que quelque chose ne tourne pas rond. Un zombie nazi au gros couteau terrorise la France où il massacre les innocents et s’enfarge dans des fils de tente. Il y a aussi une momie amoureuse, le minou du Diable et la musique d'IL ÉTAIT UNE FOIS L'HOMME. On patauge dans un foutoir cocasse avec effets kitsch, performances minables et fous rires involontaires. Suite au visionnement de ce fléau, l’une des comédiennes aurait abandonné sa carrière au cinéma. Un choix parfaitement défendable.

Ensuite, découvrez le bizarroïde LA COMTESSE HACHISCH, un pamphlet antidrogue peu convaincant (les acteurs semblent eux-mêmes complètement partis) et faites la rencontre du Capitaine « Droit-Devant! »

Le meilleur du pire est encore à venir. Oh que oui! Celui-là, nous l’avons gardé pour la fin! Depuis toujours, la race humaine pollue sa planète et s’adonne au péché. Mais tout cela va changer, car nous avons déçu Dieu en personne! Le voilà qui atterrit dans le désert, prêt à punir vilains et crottés. Le Créateur étant un cyborg de l’espace avec des pouvoirs magiques, c’est fini le niaisage! Oubliez THE TREE OF LIFE, ce film sans queue ni tête (une médaille à quiconque capable de suivre l’histoire) vous fera regretter jusqu’au Jugement dernier d’avoir un jour craché par terre. Avec sa morale écologique abrutissante, ce nanar contemplatif surprend par son inaptitude à faire quoi que ce soit correctement. Il est sincèrement difficile de tomber plus bas. À la question « Were you there? » que pose Terrence Malick, le réalisateur, producteur, scénariste, comédien et cantinier Neil Breen répond I AM HERE…. NOW!

—Simon Laperrière

2010 Sponsors