Billets

Ace Attorney ("Gyakuten Saiban")

Première Canadienne
  • Japon
  • 2012
  • 135 mins
  • 35mm
  • Japonais
  • Anglais (sous-titres)
Sélection officielle, Festival international du film de Rotterdam 2012
Sélection officielle, Festival international du film fantastique de Bruxelles 2012
Sélection officielle, Festival du film asiatique de New York 2012

“Fast-paced, story-driven, surprisingly exciting and above all: immensely entertaining” – Ard Vijn, TWITCHFILM

Dans un proche futur, le taux de criminalité fracasse tous les records. Afin d’arriver à garder le rafiot à flot, les tribunaux et le système judiciaire n’ont pu trouver de meilleure solution que d’implanter un système de très spéciaux procès sans jury : lors de ce procédé en forme de fusillade, la défense et la couronne doivent se confronter à la manière d’un tournoi, tout en n’ayant que trois jours pour boucler leur affaire. Une recrue assez empotée – l’avocat de la défense Phoenix Wright – pourrait fort bien être dedans jusqu’au cou. Or, son plaidoyer en faveur de Mia, la sœur de Maya Fey (sa patronne et mentor récemment assassinée), innocente la première à la dernière seconde… grâce à nul autre que le fantôme de la victime ! Peu de temps plus tard, le puissant procureur Miles Edgeworth – ami d’enfance de Wright devenu son Némésis au tribunal – se retrouve derrière le banc des accusés. En fait, Phoenix est le seul qui puisse exposer au grand jour la conspiration entourant Miles, afin que retentissent les mots magiques que sont « non-coupable »!

Suivant l’étonnant 13 ASSASSINS (présenté l’an dernier au festival), l’aussi inépuisable que productif enfant prodige du cinéma insolite japonais, Takashi Miike (à qui l’on doit les IZO, ICHI THE KILLER, AUDITION et d’innombrables autres), s’attaque maintenant au monde des jeux vidéo avec cette nouvelle œuvre des plus tapageuses. En adaptant le patraque jeu vidéo de console portable Phoenix Wright: Ace Attorney (Capcom), Miike nous balance ici un percutant drame judiciaire mâtiné d’une enquête digne d’un film noir, doté d’absurdes coiffures aérodynamiques, d’une direction artistique anachronique, de frémissant moments surnaturels, burlesques ou outrageusement ridicules, d’un monstre marin géant et, évidement, d’un mépris total pour tout ce qui se rapproche un tantinet soit peu des procédures légales habituelles. Hyperactif, hilarant et méticuleusement imprévisible (avec tous ses retournements de situation, rires jaunes et délices visuels délirants), ACE ATTORNEY est un petit film joyeusement détraqué. Adjugé!

— Rupert Bottenberg

Sponsors
Sponsors