Billets

Zombie 108 ("Z-108")

Première Nord Americaine
  • Taïwan
  • 2012
  • 87 mins
  • DCP
  • Mandarin / Anglais / Japonais
  • Anglais (sous-titres)

“A full on, balls to the wall piece of bad taste exploitation... Gruesome, sleazy... Old fashioned category III style degeneracy” — James Mudge, BEYOND HOLLYWOOD

Une magnifique demoiselle (Linda, interprétée par le mannequin Yvonne Yao) se réveille au volant de sa voiture. À ses côtés, se trouve son copain apparemment décédé, alors que sa fille (Chloe) n’est plus sur la banquette arrière. Les rues de Taipei sont vides, tout comme l’épicerie, où il n’y a plus âme qui vive… à part cette légion de dépouilles animées ― du genre régulier, au ralenti. Environ quatre jours auparavant : il y a des choses pas catholiques qui se passent dans un bar de danseuses: parlez en au proprio, un rondelet et puissant gangster en chemise Hawaiienne (Morris Rong, producteur), qui ne vit que de « sexe, drogues et rock n’ roll ». Au même moment, une efficace équipe d’agents SWAT (menée par Jack Kao) tentent tant bien que mal de combattre une épidémie: une espèce de virus d’origine nucléaire transforme la population en zombies cannibales. Heureusement, ils sont bien armés (snipers, Uzis, AK-47, calibres 12…) afin de faire face à cette hasardeuse situation. Mais qui sont ces étrangers s’exprimant en anglais, ficelés dans le sous-sol du club? Il y a aussi le cas de ce dégoûtant pervers, avec son problème de peau, esclaves féminines, masque fait de viande crue, zombies personnels et magazines pornos. Un vrai dégueulasse (interprété par Chein Jen-hao, apparemment le réalisateur lui-même sous un pseudonyme et plein de latex), qui est sur le point d’obtenir ce qu’il mérite.

S’inspirant de plusieurs classiques du genre (DAWN OF THE DEAD, 28 DAYS/WEEKS LATER), ce tout premier film de zombies taïwanais rappelle également LA HORDE (morts-vivants versus truands versus agents) et parfois même BRAIN DEAD (le pervers devient vraiment mutant!). Avec son intrigue secondaire des plus dépravées (du genre « torture porn ») venant pimenter le tout, c’est du « Category III », aussi sanglant et vil que cinglé ― vous vous souvenez d'EBOLA SYNDROME (Fantasia 2001)? Ajoutez à tout ça des effets spéciaux impressionnants, des combats enlevants (mettant en vedette des acteurs-athlètes de kung fu incluant Tai Bo, qui joua dans ENTER THE DRAGON, et Dennis To, vu dans IP MAN), une photographie impeccable, tout plein de jolies filles (mortes ou/et vivantes), de la violence choquante, une trame sonore qui tue (mélangeant tout plein de styles : musique classique, industriel, folk, black metal…) et des effets sonores hallucinants (comme dans les années 1970!), mélangez un peu et vous obtiendrez quelque chose s’apparentant à ce qu’est ZOMBIE 108. Épicé.

— Kristof G.

Sponsors
Sponsors