Billets

Roller Town

Première Québécoise
  • Canada
  • 2012
  • 75 mins
  • DCP
  • Anglais
En présence du réalisateur Andrew Bush et du coscénariste Scott Vrooman

Sélection officielle, Slamdance 2012
Sélection officielle, Festival international du film de Seattle 2012

"Superbly funny... More than just a send-up of 70s roller disco movies" — Jessica Baxter, FILM THREAT

Le disco n’est pas disparu instantanément lorsque le monde entier s’est rendu collectivement compte à quel point on était dans le champ. En fait, c’est grâce aux dealers de jeux vidéo, qu’on a pu enfin s’en départir et croyez-nous, ce ne fut pas une partie de plaisir. Vous voulez savoir comment? Eh bien, attachez bien serrés vos patins à roues non-alignées, car ça va rocker en ta’! Leo (Mark Little) est un maudit bon gars, que toute la ville considère comme le King du roller disco. C’est évidemment un habitué de Roller Town, un populaire anneau de patin à roulettes local. Son monde s’écroule lorsque ― scandale! ― de minables petits truands décident de transformer la place (un OBNL, apparemment) en très profitable arcade, remplie d’intrigants cabinets de jeu vidéo dépourvus de groove. Leo ne se laissera pas abattre aussi facilement: avec sa bande de fanas de disco, ils élaboreront un plan de contrattaque aussi furieux que puissant. Ça va cogner. Et se remuer. Avec classe. Quoi, c’est impossible d’arrêter les balles de fusil avec des patins à roulettes? Peu importe, c’est la guerre!

Suite aux HOBO WITH A SHOTGUN et THE CORRIDOR de l’an dernier, cette déjantée vague provenant d’Halifax continue d’étonner avec le salement hilarant ROLLER TOWN (sans oublier l’inclassable LOWLIFE, qui nous étrangera aussi cette année). Incluant un soupçon de BREAKIN’, d’amour et d’éveil juvénile défiant le temps, ROLLER TOWN est un brillant film indépendant, aussi cinglé et innovant qu’inspiré, rendant hyperactivement hommage à cette brève bien qu’immortelle série de films célébrant le disco qui remplirent de boogie les cinémas au début des années 1980 (pensez aux incroyables ROLLER BOOGIE et XANADU). Tout droit sorti de l’imagination déviante du collectif humoristique Picnicface (de talentueux comédiens donnant dans le sketch, considérés comme étant le SCTV contemporain), ROLLER TOWN s’est initialement amorcé avec une campagne de levée de fond en ligne, alors que les donneurs recevait en échange de leur dons d’hystériques chansons personnalisées (on peut toujours trouver ces pissants petits bijoux sur YouTube). Plusieurs années plus tard, le film existe enfin et vous n’avez rien vu de tel. Des répliques défiant la gravité, des retournements de situation lunatiques et rythmés, des costumes aveuglants, des inventions complètement patraques et d’innombrables personnalités des plus colorées ne sont que quelques unes des trouvailles rendant ROLLER TOWN si fantasticulairement épatant. T’as le funk, punk? Bounce le gros, c’est du disco, yo!

— Mitch Davis

Sponsors
Sponsors