Billets

Amok

Première Canadienne
  • Philippines
  • 2011
  • 84 mins
  • DCP
  • Tagalog
  • Anglais (sous-titres)
GAGNANT : Prix spécial, Festival international du film de détectives de Moscou 2012
Sélection officielle, Festival international du film de Busan 2011
Sélection officielle, Festival du film indépendant Cinemalaya 2011
Sélection officielle, Festival international du film d'Édimbourg 2012

“Production values and technical work are impressive on a lean budget” — Richard Kuipers, VARIETY

C’est un après-midi comme les autres à Pasay Rotonda, l’un des lieux les plus achalandés de Manille, la capitale des Philippines. Un soleil de plomb règne au-dessus d’immenses édifices. L’intersection entre les rues EDSA et That est envahie par un trafic monstre. Sur les trottoirs, les marchands vendent des copies de jeans de grandes marques, des appareils électroniques et des boissons. L’odeur du barbecue se mêle à celle de la poussière. Chaque passant vaque à ses occupations sans se soucier d’autrui. Un itinérant borgne tente de survivre dans ce climat étouffant. Un cascadeur au chômage se retrouve dans de beaux draps lorsqu’il fricote avec la mauvaise prostituée. Alors que la radio annonce qu’un tueur est toujours en liberté, un père et son fils rêvent de basket-ball. Épuisée et sans le sou, une femme ne sait plus comment consolider son misérable travail avec l’éducation de sa fille. La mauvaise journée d’un chauffeur de taxi atteint son paroxysme lorsqu’il embarque un client particulièrement déplaisant. Quelque chose se trame cependant à leur insu. Bientôt, ils verront leur destin se croiser malgré eux puisqu’ils seront tous happés dans le même chaos. Un événement aux proportions dantesques est sur le point d’éclater. La tension monte, tout comme la chaleur. AMOK!

La petite perle de mise en scène qu’est AMOK nous entraîne dans un exotisme déstabilisant dès ses premières images. Le réalisateur Lawrence Fajardo a réussi à capturer l’énergie étourdissante de Pasay Rotonda. Rien n’a échappé à sa caméra qui a filmé toutes les couleurs de la ville, sa foule et son rythme de vie effréné. Grâce à une bande-son exceptionnelle, il a méticuleusement recréé l’univers acoustique de ce coin chaud de Manille. L’expérience s’avère totale. Pendant 80 minutes, on a l’impression de véritablement se promener à travers ces rues congestionnées et d’y faire d’inoubliables rencontres. Car AMOK est plus qu’un regard sur une vie urbaine, il s’agit également d’un saisissant film choral dans la grande tradition de SHORT CUTS, mais avec un peu plus de dynamite! Fajardo a imaginé une imposante série de récits parallèles qui se démarquent tous, que ce soit par leur humour noir, leur représentation de la misère au quotidien ou leur violence implicite. Lorsqu’elles s’unissent pour ne former qu’une seule histoire, le film prend alors un envol fulgurant et nous saisit par la peau des dents. AMOK est une œuvre coup de poing qui propulse le spectateur sur le béton de Manille.

— Simon Laperriere

Sponsors
Sponsors