Billets

Game of Werewolves ("Lobos de Arga")

Première Québécoise
  • Espagne
  • 2012
  • 102 mins
  • HD
  • Espagnol
  • Anglais (sous-titres)
En présence du scénariste/réalisateur Juan Martínez Moreno

Séleciton officielle: Sitges Film Festival 2011
Calgary Underground Film Festival 2012

“The best werewolf movie in years... full of wit and energy” — Kevin Matthews, FLICKFEAST

“Hugely entertaining” — Justin Richards, BLUEPRINT



Tomas, un écrivain qui peine à joindre les deux bouts, reçoit une invitation provenant du maire d’Arga, ce minuscule village galicien où il est né. Bien que Tomas n’y ait pas mis les pieds depuis des années, les villageois d’Arga sont tous extrêmement fiers de lui, le voyant comme leur ambassadeur de culture mondiale. Ils veulent d’ailleurs lui remettre un prix spécial lors d’une cérémonie qui aura vraisemblablement des médiatiques retombées. Comment résister? Il serait cependant important de noter que les résidents d’Arga évoluent sous un mode de vie de type « diminutif » au niveau des effectifs. Naturellement, leurs us et coutumes sont un peu étranges. Quelque chose ne visiblement tourne pas très rond. Bien que Tomas n’ait peut-être pas le don de l’écriture dans le sang, il possède quelque chose de bien plus rare: une saloperie de malédiction à la con! En fait, Tomas est le dernier descendant d’un ancêtre ayant jadis bien mal agi et qui rend toujours misérable la vie des villageois encore aujourd’hui. En particulier à cause d’un dangereux loup-garou. À l’aube du centième anniversaire du mauvais sort en question, une opportunité en or s’offre enfin au peuple d’Arga: si un membre du clan de la personne maudite se fait manger par un lycanthrope se trouvant à également être parent avec son repas, la malédiction sera levée. Les villageois mettront indubitablement tout en œuvre afin d’y arriver. Devinez donc qu’est-ce qui figure dans l’un des plus sombres recoins de l’arbre généalogique de Tomas?

En forme de divertissant et affectueux hommage aux films d’horreur espagnols des années ’70 et ’80 (les maquillages de loup-garou sont joliment inspirés de ceux, classiques, de Paul Naschy!), GAME OF WEREWOLVES est ridiculement marrant, tout en gardant une patte fermement sur terre. Sans être une pure parodie, l’humour du film réside surtout dans les réactions de ses personnages face aux dangers et imprévisiblement bizarres incidents leur arrivant. Et on ne déconne pas quand on dit « bizarre »… pensez aux premiers d’Alex de la Iglesia. GAME OF WEREWOLVES vous fera hurler aussi fort que ses créatures (oui, y’en a plusieurs – soyez patients). Ce n’est pour rien que c’est le tout premier film espagnol en 22 ans à gagner le prix du public lors de La semana de terror du festival de San Sebastian.

— Mitch Davis

Sponsors
Sponsors