Billets

Reign of Assassins ("Jianyu Jianghu")

“★★★★… The best wuxia film since CROUCHING TIGER, HIDDEN DRAGON” — Mao Renjie, THE GLOBAL TIMES

“A tip-top cast, well-crafted script and punchy action capture the classic essence of the swordplay genre” — Derek Elley, FILM BUSINESS ASIA

Selon la légende, quiconque possédant les restes momifiés du grand moine Bodhi se voit investi d’une maîtrise absolue et incontestable des arts martiaux. Or, le cadavre du sage ayant été sectionné en deux, les deux moitiés doivent être réunies afin d’atteindre pareille transcendance surnaturelle. Les infâmes assassins du gang Dark Stone ont localisé une desdites demies dans la résidence du Premier Ministre Zhang. Une perfide attaque nocturne laisse Zhang mort et son fils Renfeng gravement blessé, alors que l’assassin le plus meurtrier de Dark Stone, la leste et agile Drizzle, trahit la bande en décampant avec le demi-moine momifié. Bien qu’elle ait réussi avec succès son sale boulot, Drizzle est confrontée par le moine Wisdom, qui lui fera réaliser de la malignité de ses actions. Elle engage alors un habile médecin pour modifier complètement son apparence, pour ensuite changer de nom, prendre maison et trouver une nouvelle vocation. Sous l’identité de Zeng Jing, elle est dorénavant une honnête, digne et adorable mercière, faisant tourner la tête à tous les hommes de la ville, incluant Ah-sheng, ce gentil messager qui devient bientôt son mari bien-aimé. Une bien belle vie familiale, il va sans dire, quoique la lune de miel de nos époux sera hélas écourtée, lorsque le sombre passé de Drizzle refait surface…
À la fois rigolo, romantique, dramatique et explosif, REIGN OF ASSASSINS est un plaisir wuxia à son meilleur, une gracieuseté du scénariste taïwanais et réalisateur principal Su Chao-Pin. John Woo, qui a dirigé le projet en tant que producteur et second réalisateur, s’amuse clairement ici, sur ce film relativement léger après s’être attelé à un œuvre monumentale comme RED CLIFF. En plus de l’acteur coréen Jung Woo-sung (THE RESTLESS; THE GOOD, THE BAD, THE WEIRD), qui joue le rôle d’Ah-sheng, est également à l’affiche la reine du cinéma moderne de kung-fu, l’éternellement ravissante et élégante Michelle Yeoh (s’étant fait plutôt discrète depuis CROUCHING TIGER, HIDDEN DRAGON), qui n’aurait pu choisir meilleur œuvre pour son retour. Avec ses solides personnages, son intrigue bien ficelée, son scénario plein d’esprit et ses stupéfiants (mais jamais ridicules) arts martiaux, REIGN OF ASSASSINS utilise le meilleur des films de soie et d’épée chinois avec brio!

— Rupert Bottenberg

Sponsors
Sponsors