Billets

Children Who Chase Lost Voices From Deep Below ("Hoshi o Ou Kodomo")

Première Québécoise
  • Japon
  • 2011
  • 116 mins
  • HD
  • Japonais
  • Anglais (sous-titres)
Le tirage d'une affiche japonaise du film authographiée par le réalisateur Makoto Shinkai sera fait avant la projection!

Sélection officielle, Festival de films BFI de Londres 2011
Sélection officielle, Festifal de films Golden Horse de Taipei 2011
Sélection officielle, Festival international du film fantastique de Bruxelles 2012
Sélection officielle, Festival de films Imagine d'Amsterdam 2012

“Perhaps the most visually stunning and lovingly crafted animated feature you’ll catch all year” — Patrick Gamble, CINEVUE

Au fil des âges, le royaume des morts a reçu plusieurs noms – Tartarus, Yomi, Naraka et Agartha ne sont que les plus connus. Les civilisations se sont succédées, mais toujours elles partagèrent cette croyance en un monde souterrain, un séjour éternel des âmes dont l’existence mortelle est arrivée à son terme. Et ce royaume des morts, rares sont les vivants à s’y aventurer…

Or, la jeune Asuna ne pense pas du tout à ces choses-là, lorsqu’elle gambade allègrement dans une campagne japonaise ensoleillée. Son temps se partage entre l’école (où elle excelle), la maison (où elle vit avec sa mère qui est veuve) et une falaise là-haut dans la montagne. C’est sur sa falaise qu’Asuna s’amuse avec une radio qu’elle a elle-même bricolée; elle espère y capter quelques fragments d’une superbe et mystérieuse musique découverte au hasard. Hélas, son petit monde bascule d’un seul coup: un monstre aussi étrange que déchaîné surgit de nulle part et Asuna est sauvée in extremis par un beau garçon dénommé Shun. Asuna est alors catapultée au cœur d’une extraordinaire épopée mettant en scène d’anciens dieux moribonds, une conspiration technologique et un affrontement opposant les puissances de notre monde aux habitants du royaume des morts.

Fantasia présentait en 2003 un petit film de science-fiction d’une demi-heure, intitulé VOICES OF A DISTANT STAR. À l’époque, tous les défenseurs et fanas d’animation japonaise furent conquis par cette œuvre capable de simultanément fasciner et émouvoir. Son jeune créateur, Makoto Shinkai, faisait déjà preuve d’un potentiel qui ne s’est certes pas démenti avec la sortie en 2004 de son long métrage THE PLACE PROMISED IN OUR EARLY DAYS, ainsi qu’en 2007 sur le triptyque 5 CENTIMETERS PER SECOND. Shinkai insuffle dans ses animations une délicate poésie ainsi qu’une profonde charge émotive, lui valant d’être surnommé « le nouveau Miyazaki ». CHILDREN réunit en effet les éléments auxquels on s’attend de la part de Studio Ghibli: une imagination débordante assise sur de solides bases morales. Si Shinkai avait effectivement de grandes chaussures à chausser, sachez qu’il a réussit son pari. Si élégamment exprimée, la leçon de vie de ce nouvel opus de Makoto Shinkai est qu’il faut autant de courage pour chercher à conquérir de nouvelles choses que pour abandonner celles que l’on a perdu.

— Rupert Bottenberg

Sponsors
Sponsors