Billets

Hello, My Dolly Girlfriend ("Figure na Anata")

Première Internationale
  • Japon
  • 2013
  • 112 mins
  • HD
  • Japonais
  • Anglais (sous-titres)
Sélection officielle, Festival international du film fantastique de Puchon 2013

Kentaro (Tasuku Emoto) n’a vraiment pas de chance. Éditeur de livres en manque de succès, on veut lui faire porter le chapeau de cet échec honteux à la compagnie où il se dévoue jour après jour. Il est donc muté vers le bas de l’échelle, aux commandes de fournitures de bureau. Sinon, il peut prendre la porte. Sa collègue et petite amie ne lui apporte aucun réconfort; elle préfère l’ignorer pour ne pas entacher sa réputation. Qu’à cela ne tienne, une soirée bien arrosée est la bienvenue. Comble de malheur, dans son état d’ébriété, Kentaro se heurte à des truands qui lui reprochent son insolence et le pourchassent pour le tabasser. Prenant refuge dans un immeuble abandonné, il y découvre une poupée grandeur nature (Kokone Sasaki) d’une beauté étonnante et d’une vraisemblance à s’y méprendre. Envoûté par ce mannequin, Kentaro perd le fil du temps et est surpris par ses agresseurs. C’est la fin de la route pour lui… jusqu’à ce que la poupée prenne vie et règle le compte des malfrats sous leur regard étonné! La chance tourne-t-elle finalement pour Kentaro?

Takashi Ishii (GONIN, FREEZE ME, BLACK ANGEL) est de retour sur les écrans après trois ans d’absence. Il en profite pour adapter lui-même un de ses mangas avec le fascinant HELLO, MY DOLLY GIRLFRIEND. Arrivant à la suite de films abordant une idée similaire (LOVE OBJECT ou plus récemment AIR DOLL, tous deux ayant été présentés à Fantasia), Ishii se démarque ici par son univers bien à lui qu’il explore d’œuvre en œuvre. Créateur virtuose de milieux sombres aux répercussions tristes, Ishii n’est jamais en manque d’images saisissantes aux éclairages éclatants pour créer une ambiance palpable où les intempéries se font nombreuses. La musique angoissante de Goro Yasukawa, un collaborateur de longue date du cinéaste, et un travail sonore minimaliste amplifient l’atmosphère hypnotique de ce monde urbain qu’Ishii affectionne tant. Chacun de ces éléments s’agence parfaitement pour nous projeter dans le milieu de Kentaro, un jeune homme qui, malgré tout, continue de rêver à un jour meilleur où ses finances ne seront plus un fardeau et où sa solitude sera chose du passé. Son cheminement n’a rien d’habituel... Érotisme, perversités et poésie déviante sont de la partie dans ce nouvel opus où se glisse une part de fantaisie et d’espoir, éléments plutôt rares chez Ishii, pour élaborer un conte érotique atypique à ne manquer sous aucun prétexte!

— Patrick Lambert

Sponsors
Sponsors