Billets

I Am Divine

Première Québécoise
Sélection officielle, SXSW 2013
Sélection officielle, Sheffield Doc/Fest 2013

“Top notch… a great film and an even greater tribute” - Chris, MIDNITE TICKET

“Captures the exuberant spirit of a time in which difference brought together like minds and changed attitudes” - Mark James, FILM SCHOOL REJECTS

“This is the film that Divine deserves, and thank goodness we are here to reap the benefits” - Josh Hurtado, TWITCHFILM

Harris Glen Milstead a eu une enfance « inconfortable » - son poids, ses intérêts inhabituels et ses manières efféminées faisant de lui une cible pour l’intimidation et l’ostracisme. Vers la fin de l’adolescence, il a commencé à s’aventurer dans le milieu de la contre-culture et des drag queens de Baltimore, et sa vie a explosé. En John Waters, il a trouvé son ultime supporteur. À travers eux deux est née Divine – et le cinéma underground fut transformé à jamais. Avec de marquantes œuvres « trash » telles que MULTIPLE MANIACS et PINK FLAMINGOS, et des films plus accessibles mais tout aussi uniques comme HAIRSPRAY et CRY BABY, Divine est devenue une icône du cinéma marginal et de la culture alternative, faisant la fête avec des célébrités, amassant un arsenal de groupies et menant une vie d’excès qui était l’ultime rédemption pour un mésadapté social.

Voici l’histoire d’un outsider qui a réussi contre toute attente, un homme qui a, dans les mots de Waters, amené le travestisme « au niveau de l’anarchie » et qui est passé de manger de la merde de chien devant une caméra à devenir une star de Hollywood sans jamais faire de compromis, tout en menant une guerre enjouée contre la beauté conventionnelle, l’identification sexuelle et pratiquement toutes les normes sociales. C’est un récit comme vous n’en avez jamais entendu.

Afin de réaliser le documentaire définitif sur Divine, Jeffrey Schwartz (SPINE TINGLER: THE WILLIAM CASTLE STORY) n’a ménagé aucun effort, parlant à tous ceux qu’on pourrait vouloir entendre et dénichant de rares images d’archives qui seront nouvelles même pour les fans les plus fervents. I AM DIVINE s’attarde sur tout – l’enfance conflictuelle de Milstead (quand il a avoué son homosexualité à ses parents, sa mère lui a dit « d’oublier qu’il avait une mère et un père »), les débuts de Dreamland, son départ vers New York et la carrière parallèle punk / disco qui a suivi, jusqu’à sa mort tragiquement précoce, quelques jours avant qu’il commence à jouer dans MARRIED… WITH CHILDREN. Les souvenirs humoristiques de Waters ponctuent le film, offrant un point de vue que personne d’autre ne pourrait apporter. Vous entendrez aussi les témoignages de Mink Stole, Ricki Lake, Tab Hunter, Holly Woodlawn et une foule d’autres. Surtout, vous aurez droit à des tonnes de moments avec Milstead, dont la personnalité résolument plus grande que nature transperce l’écran. Un hommage exubérant et touchant, I AM DIVINE vous emmènera dans un incroyable périple qui s’avère aussi drôle, scandaleux et inspirant que l’homme auquel il est consacré.

— Mitch Davis

Sponsors
Sponsors