Billets

Rurouni Kenshin

Première Québécoise
  • Japon
  • 2012
  • 135 mins
  • 35mm
  • Japonais
  • Anglais (sous-titres)
Sélection officielle, Festival international du film fantastique de Sitges 2012
Sélection officielle, Festival international du film fantastique de Bruxelles 2013
Sélection officielle, Festival du film d'Extrême-Orient d'Udine 2013

“Fluid and furious swordplay… solid blockbuster entertainment… as cool and exciting as samurai movies get” - Gabriel Chong, MOVIEXCLUSIVE

L’ère Meiji débuta suite à la bataille de Toba-Fushime, une victoire décisive permettant à l’empereur déposé de reprendre possession de son trône. C’est ainsi que le Japon s’ouvrit au monde moderne de la fin du XIXe siècle. Pareil renouveau, hélas, augurait assez mal pour l’assassin Hitokiri Battousai (interprété par Takeru Sato, un vétéran de la franchise "Kamen Rider"). Décidant de tourner la page sur ce passé terriblement sanglant qui était le sien, Hitokiri ignorait que son épée abandonnée trouverait un second propriétaire mystérieux et maléfique…

Hitokiri change de nom et se fait dorénavant appeler Himura Kenshin; nous le retrouvons dix ans plus tard, errant sur des routes de province, dévoué entièrement à la justice, et armé d’une épée à lame inversée qui représente son idéal de non-violence. Mais sa quête pacifiste ne lui vaudra que dissensions et trahisons lorsqu’il s’établit dans le dojo de l’adorable et forte de caractère Kamiya Kaoru – dont le père était un maître élevant le pacifisme au plus haut degré de la vertu. L’ignoble patron du crime Takeda (Teruyuki Kagawa, rendu célèbre grâce à 20TH CENTURY BOYS) profite de l’ère nouvelle pour tenter de susciter partout dans le pays une grave dépendance à l’opium. Lorsque la jeune femme, qui détient une recette secrète pour la culture de l’opium, s’enfuit de l’emprise de Takeda, ce dernier envoie à sa poursuite un groupe de tueurs, au nombre desquels se trouve celui-là même ayant revendiqué l’épée de Kenshin!

Shonen Jump est la plus grande revue japonaise consacrée aux mangas, et l’œuvre de Nobuhiro Watsuki Rurouni Kenshin (Samurai X dans la traduction anglaise) y est l’une des séries les plus populaires, que le réalisateur Keishi Otomo transpose à présent au grand écran. Il s’agit d’un véritable bombardement de scènes d’action dynamiques, avec personnages inoubliables évoluant dans des décors qui restituent minutieusement le climat de l’époque. Kenji Tanigaki est le seul Japonais appartenant à l’Association des Cascadeurs de Hong Kong, et nous avons admiré son travail, en 2011, dans WU XIA. C’est lui qui signe les chorégraphies d’action de RUROUNI KENSHIN, l’un des longs métrages les plus palpitants du festival cette année. Les fans de films de samouraï ne voudront pas manquer ça… d’autant plus qu’une suite est déjà envisagée!

— Rupert Bottenberg

Sponsors
Sponsors