Billets

Raze

Première Internationale
En présence du réalisateur Josh Waller et de l'actrice Zoë Bell

Lorsque Jamie se réveille dans un endroit qu’elle ne reconnaît pas, elle panique. Elle se calme un peu lorsqu’elle rencontre Sabrina. Ensemble, les deux femmes suivent un couloir qui les mène dans une pièce qui a toutes les allures d’un cul-de-sac. La porte a à peine le temps de se refermer derrière elles que Sabrina attaque sauvagement Jamie et la force à livrer un combat où la seule issue est la mort. Sabrina agit ainsi car dans cet endroit mystérieux, les femmes n’ont pas d’autre choix que de se battre à mort au grand plaisir de Joseph et Elizabeth, les grands manitous de ce jeu des plus malsains. Pour ceux qui perdent ou qui refusent de se battre, les conséquences sont terribles, puisqu’un membre de leur famille sera exécuté. C’est à grands coups de pied et de poing qu’elles devront se frayer un chemin jusqu’au sommet pour devenir championne et ainsi reconquérir leur liberté.

Malgré sa prémisse très prometteuse, RAZE est plus qu’un film de WIP (« women in prison »). Bien sûr, il regroupe plusieurs éléments qui ont rendu ce genre si populaire dans les années 70 et 80, mais RAZE en est une version améliorée, plus moderne. Contrairement à plusieurs réalisateurs de cette époque, Josh Waller a choisi de miser davantage sur le côté physique des actrices que sur leurs courbes. Il a la chance d’avoir une distribution féminine très relevée, avec Rebecca Marshall (REPO! THE GENETIC OPERA), Tracie Thoms (DEATH PROOF) et Rachel Nichols (G.I. JOE), sans oublier Zoë Bell (qu’on a aussi pu voir dans DEATH PROOF). Celle qui fut la doublure d’Uma Thurman dans KILL BILL porte cette première œuvre sur ses épaules et grâce à son charisme et à ses nombreuses aptitudes physiques, elle aide grandement Waller à faire de RAZE un film différent des autres. Ce dernier a su créer une atmosphère très intense tout en faisant évoluer l’histoire de façon très intéressante sans que cela devienne répétitif et ce, malgré le fait que tout se passe dans une prison souterraine. Ce qui est plus surprenant encore, ce sont les scènes de combat. Waller ne fait pas dans le tape-à-l’œil, il opte plutôt pour des confrontations très physiques, très viscérales, et ça marche! Les bagarres sont d’une rare violence et les combattantes n’ont rien à envier à leurs collègues masculins.

RAZE nous offre une pure dose de rafraîchissement dans cet univers qui a été trop souvent été associé à des scènes de sexe gratuites entre filles sous la douche. RAZE est brutal, RAZE est violent, RAZE vous frappe comme un coup de poing en pleine gueule.

Fantasia 2013 - RAZE from Fantasia Film Festival on Vimeo.

— Éric S. Boisvert

Sponsors
Sponsors